30/10/2006

{ Conscience : de pages en pages }

V'savez kouwâh.

Envie de créer.

 

Âme hautement créative mouahahaha !

 

J'fais un nouveau blog sous la forme d'une Gazette.

MA GAZETTE !

 

http://gazounis.skynetblogs.be/

 

 

05

 

18:27 Écrit par [ 'Nis ] | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/10/2006

{ Je vous aime. }

Femme 01

 

C’est comme un bond en avant, un visage qui se tourne, des opales qui se plissent. J'vous regarde.

Je n’étais pas revenue sur le blog depuis un moment, je crois.

Mais… Je n’avais hélas, que peu de choses à dire… Et je n’en ai pas d’avantage, de ce fait je vais monologuer sur quelques petites conneries, avec quelques images ^^.

 

Femme 04

En ce moment je suis à l’Aqualud. Je fais le résultat statistique d’une enquête de satisfaction faite sur le public abonné.

C’est chiant.

Entre deux, je regarde si quelqu’un veut R.P (Voir blog –RP- dans les liens ci-joint) pour me changer les idées…

Le téléphone ne cesse de sonner, à côté.

Femme 02

 

Et ce matin ! Réveil très dur. Nausées, sensations de très chaud, très froid, de transpiration. Et surtout : un mal de crâne atroce et persistant. Ça m’a prit environ 40 minutes pour me lever ! J’ai pris ma température : 37.8 °c. Bââââh. Hop, deux motylio de gobés pour que je ne me vomisse pas dessus. J’suis en retard. Au final, j’ai dû prendre mon scout pour aller bosser. Mais ça ne tombe pas si mal, j’ai pris RDV chez le coiffeur, je pourrais m’y attarder comme je suis pas dépendante d’un transport quelconque; et ce soir, j’vous montre ma nouvelle petite tête coiffée !

 

01

*Soupire * Ceux qui me connaissent du temps de c0nscience (http://c0nscience.skynetblogs.be) verrons que je change doucement.

1) En bien ?

2) En mal ?

3) D’toute façon sur un blog, on s’en rend pas compte !

 

J’ai des gens qui me sont chers, dans la vie. Beaucoup en ce moment. Mais Nanou m’manque, je vous assure, son amitié était tellement… tellement… ô_o … Amicale ! La vraie Amie quoi.

Mais bon, le temps, ce méchant monsieur, à fait en sorte qu’on s’éloigne, mais même si on se voit rarement, s’pour la vie, mouahahaha…

On est allé à l’avant première de « L’homme de sa vie ». Autours de nous : que de personnes âgées !

Deux vraies p’tites mamies.

 

Femme 03

J’vais faire un truc là : je vais partir dans skynet et découvrir de nouveaux mondes, laisser ma trace partouuuuut….

 

Hûm. Vous avez un truc à me raconter ? Hésitez pas. J’aime papoter !

 

{ Cliquez en bas à droite de cet article }

02

 

10:11 Écrit par [ 'Nis ] | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nawak |  Facebook |

05/10/2006

{ Conscience et sa maladie }

 J'en suis peinée, vraiment...

Visite chez le médecin, 16h10.

 

"Ah, vous avez donc déjà eut une crise d'herpès cet été... Aux urgences, d'accord. Très bien, installez vous... Ah.. La cornée est rouge.. Abîmée... Mhh.. Fermez.. Ouvrez.. Refermez.. Regarder devant vous.. Allez y, clignez, soulagez un peu la douleur... Oh hum.. Heu.. Ouvrez grand.. Attention ça va faire mal. Bon.."

 

Bah merde... Mon bel oeil vert turquoise...

 

À savoir :

 

L'herpès oculaire est une maladie grave. C'est la première cause de cécité d'origine cornéenne dans les pays "développés". A priori, on ne guérit pas d'un herpès ; c'est une maladie chronique, une première manifestation étant souvent suivie de récidive(s)..

 

Le virus de l'herpès est ubiquitaire, et contagieux par contact. La biologie distingue les types 1 et 2. L'herpès n°1 se développe le plus souvent au-dessus de la ceinture, donnant l'herpès oculaire et le "bouton de fièvre". L'herpès n°2 sévit en principe au-dessous de la ceinture : c'est l'herpès génital, maladie vénérienne (sexuellement transmissible) en forte progression, que l'on retrouve parfois dans l'œil.

Au début, l'herpès oculaire provoque souvent une infection de la cornée superficielle d'aspect spécifique ; ou bien une infection de toute la surface oculaire ; parfois une conjonctivite d'aspect banal. On dit donc que cette atteinte oculaire est protéiforme. Les corticoïdes en collyre sont à ce stade absolument contre-indiqués, car ils sont immuno-dépresseurs. Les symptômes sont un œil rouge, douloureux et photophobe, avec sensation de grain(s) de sable. Il faut en urgence consulter l'ophtalmologue.

Lors des récidives, il s'agit d'une kérato-uvéite, c-à-d. d'une kératite profonde associée à une inflammation intra-oculaire (que j'appelle volontiers "rhumatisme de l'œil") ; le virus s'est alors réfugié en profondeur dans un petit ganglion nerveux derrière l'œil, et il est désormais impossible de l'éradiquer. Les symptômes sont les mêmes, éventuellement associés à une baisse visuelle : à chaque récidive, le virus ressurgit et grignote un peu plus la cornée qui se trouble. Parfois, les antibiotiques anti-herpétiques ne suffisent pas à traiter la kératite, et l'ophtalmologue est alors contraint d'y associer des corticoïdes pour leur puissant pouvoir anti-inflammatoire.

Au fil des récidives, cette maladie peut devenir chronique, et nécessiter un traitement quotidien astreignant, auquel il faut absolument se plier avec discipline ; la maladie possédant une espèce de génie malin avec lequel il ne faut pas jouer. Sont incriminés comme facteurs de récidive : la fatigue, le stress, l'ensoleillement.

Le traitement médical fait appel : toujours aux antibiotiques anti-viraux spécifiques, le plus souvent en pommade, ou alors en comprimés ; très souvent à l'atropine, qui dilate la pupille et rend la vision floue, surtout de près, mais qui soulage la douleur et aide l'œil à guérir de sa poussée herpétique ; parfois aux corticoïdes en collyres, mais alors toujours sous couverture antibiotique spécifique efficace. Au bout de nombreuses années, ou bien si le traitement médical n'a pas été scrupuleusement respecté, l'atteinte cornéenne provoque une telle baisse de vision qu'il faut envisager la greffe de cornée. Le greffon est prélevé le plus souvent sur cadavre, parfois sur coma dépassé. Cette solution chirurgicale ne doit pas être considérée comme un simple échange standart de hublot ; car ensuite, au traitement anti-rejet (corticoïdes locaux) doit être associé le traitement anti-herpès (antibiotiques anti-herpétiques).

En attendant d'autres progrès pharmacologiques permettant d'espérer de guérir de l'herpès, il faut :
- d'abord éviter de le contracter ; ne pas embrasser quelqu'un qui a un bouton de fièvre, par exemple, même sur la joue (...)
- quand on a attrapé l'herpès oculaire, consulter en urgence l'ophtalmologue à chaque poussée ; il est préférable de s'auto traiter immédiatement par des antibiotiques anti-viraux spécifiques, plutôt que d'attendre quelques jours sans traitement une consultation ; puis obéir consciencieusement au traitement de l'ordonnance, même s'il est contraignant.
- éviter de s'auto contaminer (l'herpès oculaire bilatéral existe), et de contaminer autrui.

 

 

 Il ne faut pas oublier qu'un oeil mal soigné peut être perdu en moins d'une semaine.

 




Voici un exemplaire de primo-infection herpétique absolument parfait par son dessin typiquement dendritique :


18:02 Écrit par [ 'Nis ] | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |